Nietzsche
- Deuxième Traité

Le "développement" d'une chose, d'un usage, d'un organe, n'est dès lors rien moins que son progrès vers un but, et encore moins un progrès logique et bref obtenu avec le minimum d'énergie et de coût ; mais il est la succession de procès de domination qui s'y jouent, plus ou moins profonds, plus ou moins interdépendants, sans oublier les résistances qu'ils opposent toujours, les tentatives de transformation aux fins de défense et de réaction, ainsi que le résultat des réactions réussies. Fluente est la forme, et plus encore le "sens"...

Nietzsche oppose à l'unicité du but des finalistes l'idée d'une forte contingence, d'une pluralité des buts au cours de l'histoire des formes de la volonté : tout dépend des rapports des forces, des inventions spirituelles et des formes d'assimilation. Mutatis mutandis il y a un rapport heuristique intéressant entre la théorie des rêves chez Freud et celle des conditions de la culture chez Nietzsche.
« Précédent puissance sens cause Suivant »