Aristote
- Δ, 4 1014b

On appelle nature, en un sens, la génération de ce qui croît par nature, comme si on allongeait le "u" de nature.

Le livre Δ est selon Jules Tricot, philologue et traducteur d'Aristote "un simple lexique, qui pourrait, sans inconvénient, être placé en tête [de la Métaphysique], à titre d'introduction". Cette phrase entame le Chapitre 4 dédié à la nature, où l'on découvre toute l'influence des philosophes pré-socratiques sur Aristote. Il cite quelques lignes plus bas (1015a) Empédocle : "Il n'y a de nature d'aucun des êtres, il n'y a que mélange et réconciliation de ce qui est mêlé, mais c'est ce qu'on appelle nature chez les humains." Ce passage justifie qu' "est par nature ce qui résulte de ces deux choses" c'est-à-dire la matière et la forme.
« Précédent nature philosophie forme Suivant »