Spinoza
- IV

personne, dans l'état naturel, n'est par un accord universel Maître d'aucune chose et il n'existe rien dans la Nature qu'on puisse dire être la propriété de tel homme ou de tel autre. Tout appartient à tous; c'est pourquoi dans l'état Nature rien n'arrive qu'on puisse dire juste ou injuste. Mais cela se produit par conte dans l'état civil où l'on décide par consentement commun de ce qui appartient à l'un et de ce qui appartient à l'autre. On voit ainsi que le juste et l'injuse sont des notions extrinsèques et non pas des attributs qui expliqueraient la nature de l'Esprit.

« Précédent justice Suivant »