Nietzsche
- Deuxième Traité

La fière connaissance de l'extraordinaire privilège de la responsabilité, la conscience de cette rare liberté, de cette puissance sur soi-même et sur la destinée s'est enracinée jusqu'en son tréfonds et s'est faite instinct, instinct domiinant, à supposer qu'il lui faille un mot pour le désigner ? Mais il n'y a aucun doute : cet homme souverain l'appelle sa conscience...

« Précédent puissance conscience Suivant »