Aristote
- IV, 11

Car si on a eu raison de dire dans l'Ethique que la vie heureuse est celle qui est menée sans entrave selon la vertu, et que la vertu est une moyenne, il est nécessaire que la vie moyenne soit la meilleure, celle qui est conforme à la moyenne qu'il est possible à chacun d'atteindre.

et il est nécessaire que ces mêmes critères s'appliquent à la vertu et au vice d'une cité et d'une constitution. Car la constitution, c'est une sorte de vie pour la cité.
« Précédent bonheur vertu égalité politique Suivant »