Freud
- Chapitre 2

Nous savons que les reproches obsessionnels sont, dans une certaine mesure, justifiés et résistent victorieusement à toutes les objections et à toutes les protestations. Cela ne veut pas dire que la personne en deuil soit réellement coupable de la mort du parent ou ait commis une négligence à son égard, ainsi que le prétend le reproche obsessionnel : cela signifie tout simplement que la mort du parent a procuré satisfaction à un désir inconscient qui, s'il avait été assez puissant, aurait provoqué la mort. C'est contre ce désir inconscient que réagit le reproche après la mort de l'être aimé.

« Précédent désir mort Suivant »