Machiavel
- Chapitre 23

les hommes seront toujours méchants, s'ils ne sont pas rendus bons par la nécessité.

Ce Chapitre fait échos au Chapitre 6 : ici c'est la bonté qui vient d'un contrainte, en plus de la croyance qui se conserve par les armes. On voit encore ici l'effet de l'anthropologie négative de Machiavel sur sa politique puisque la bonté n'est pas le produit de la libre volonté mais l'effet d'une contrainte nécessaire.
« Précédent politique bien Suivant »